L’ombre du marché

Le dimanche, c’est le jour du marché. (Aussi celui de la salle de sports) Ce qui signifie tranquillité, un plein de fruits et légumes, des lunettes de soleil pour cacher les yeux gonflés de la veille. Un rendez-vous de parisiens inlassablement vissés sur leur chaise du bistro du coin, captant le soleil frais du midi. Une aubaine pour les rares marchands de chaussures promettant un mariage pour que tu leur achète une paire.

On y voit des odeurs agréables, un poisson frais, des galettes sorties de Bretagne ou presque, des accras chantants, des légumes suintant encore la boue de la campagne francilienne.

On y trouve aussi un vieux. Suitant autre chose, la perversité. Lire la suite

Publicités